Si Charly m’était conté - 1759 : les fermiers de la dixme.

Louis Vignon

« Sous l’ancien régime, le seigneur abbé d’Ainay percevait les dixmes dues pour ses rentes nobles du château de Verneyson, sur toutes les récoltes en froments, avoines et vendanges. Les trois quarts de cet impôt en nature lui appartenaient : le dernier quart revenait au curé du dit lieu pour sa portion congrue. » L’article relate les conflits avec les paysans voulant se soustraire à la dîme, en venant même aux mains avec les « sous-confermiers ».


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123