Sanctuaires à répit

Maurice Blanc

L’Araire a publié plusieurs témoignages de « signes de vie » et de
recours aux « sanctuaires à répit », qui semblent avoir été caractéristiques
du Lyonnais. Faute d’avoir pu baptiser un enfant mort-né, on avait recours
à ces sanctuaires, où l’on disait que l’enfant revivait un bref instant. En voici
deux exemples.


Commentaires

Agenda

 

2017

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345