Publications


De nouvelles contributions ainsi que quatre films (disponibles sur DVD) traitent des aqueducs romains de Lyon.

Dans la revue L’Araire :

N°150, septembre 2007, * Un Sentier Découverte à Montromant rappelle la création d’une promenade dans la forêt le long du canal de l’aqueduc de la Brévenne, mis en valeur sur trois cents mètres avec un regard d’accès, et en même temps la construction en fac-similé, au cœur du village, d’un regard sur une courte section de canal. Des panneaux explicatifs ajoutent à l’intérêt de la visite. Un film de 25 minutes disponible sur DVD, Découverte de l’aqueduc de la Brévenne, présente les principaux vestiges de cet aqueduc long de 70 km qui n’avait jamais encore donné lieu à une production audiovisuelle.

N°151, décembre 2007, * Le « dessin manquant », une suite à l’odyssée des dessins de G.M. DELORME a surpris plus d’un lecteur. La collection de ces dessins, acquise à Paris était identique à celle consultée en 1818. Mais dans celle-ci, alors et déjà certainement bien auparavant, il manquait un pont, le pont [R]. Par les dessins qui l’encadraient, on savait qu’il s’agissait du pont des Granges, à Saint-Maurice-sur-Dargoire, l’un des plus beaux, et ce pouvait bien en être la raison de sa disparition. Cette lacune était vraiment regrettable. Jean BURDY et Henri BOUGNOL, avec l’aide d’André HERNOUD, se sont mis dans l’idée de restituer le dessin manquant à la manière, au plus près possible, de DELORME. Dix-huit mois de travail ont été nécessaires pour mener à bien le projet. Les deux planches de la « Restitution 2007 [des] Ruines du Pont-Chaussées-Aqueduc » ont été offertes à la Ville de Lyon et, après acceptation par le Maire, remises officiellement aux Archives Municipales. Un film de 25 minutes sur DVD raconte toutes les étapes de la réalisation de ce « faux-vrai » Dessin manquant.

N°152, mars 2008, * L’aqueduc de la Brévenne à Lentillly, En Roi, permet enfin de connaître les résultats d’une fouille, datant de juin 1999, à la recherche d’une chute entre le chemin de Montcher et le chemin de Bois Seigneur où le canal était connu avec une section anormalement réduite, probablement pour régulariser le débit de l’ouvrage. La chute n’a pas été atteinte, mais la fouille a cependant précisé sa localisation, en même temps que « la prégnance d’un continuum de limites parcellaires dans l’axe idéal, […], vision congruente à l’observation de l’absence de béton de tuileau dans les cultures » (D. Gerboud) .

N°154, septembre 2008, * Les aqueducs romains de Lyon. Sous ce même titre déjà avait été publié un numéro spécial en 1986, le N° 66, accompagnant une exposition de L’ARAIRE à Yzeron. Revu et augmenté en 1988 pour une nouvelle exposition à Lyon, il a connu un succès qui ne s’est pas démenti pendant quinze ans, sa troisième édition en 1992 portant le tirage total à 5000 exemplaires. Il était cependant nécessaire de le reprendre. Le sujet a été totalement renouvelé en 2008 par Jean BURDY, dans une édition enrichie et mise à jour, de 168 pages dont un cahier de 32 pages couleurs.

N°158, septembre 2009, * 2009 année de l’aqueduc du Gier. l’exploration du tunnel de Mornant est le compte rendu d’une recherche archéo-spéléologique sans précédent, qui a permis d’accéder au canal dans le tunnel (long de 825 m). A partir d’un puits profond de 19 m ont été atteints le fond des deux puits voisins, comblés, invisibles et mal localisés en surface. La construction du canal à grande profondeur a révélé que sa voûte maçonnée était partiellement construite en briques, et, surtout, interrompue sur deux longueurs de quelques mètres, laissant à nu la roche vive en tant que plafond. Un film de 30 minutes sur DVD montre de façon impressionnante les conditions difficiles de cette recherche exceptionnelle due aux associations Patrimoine en Pays Mornantais, L’Araire et OCRA-Lyon.

N°159, décembre 2009, L’article « La villa gallo-romaine de Goiffieux » raconte, sous la plume de Claude LONGRE, les ramassages de surface de mobilier archéologique par M .-Ch. PERONNET qui ont conduit à la magnifique fouille de M. POUX mettant au jour un important domaine rural à l’activité vinicole symbolisée par une remarquable mosaïque au buste de Bacchus. Excellent prétexte à citer de belles pages des Géorgiques de Virgile.

Autres publications :

Carte archéologique de la Gaule, 69/2, Lyon, A.-C. Le Mer et Cl. Chomer, 2007

884 pages, 889 figures, une bibliographie exhaustive (88 pages !), un chapitre L’eau à Lyon et son usage, des notices classées topographiquement sur toutes les trouvailles d’aqueducs ou de vestiges relatifs à l’eau dans l’antiquité sur le territoire de Lyon, des index complets (63 pages). Rappelons les deux publications précédentes :

Carte archéologique de la Gaule, 69/1, Le Rhône, O. Faure-Brac, 2006

611 pages, 778 figures, bibliographie de 57 pages, un chapitre Les aqueducs romains de Lyon, et les notices traitant d’aqueducs ou de vestiges relatifs à l’eau dans l’antiquité sur toutes les autres communes du département.

Carte archéologique de la Gaule, 42, La Loire, M.-O. Lavendhommme, 1997

305 pages, 172 figures, bibliographie 24 pages ; l’aqueduc du Gier en annexe (34 pages).

Le Plateau Lyonnais coteaux et vallons, sous la direction de M.-T. Lorcin et J.-P. Houssel, Editions Bellier, 2008

Contient, sous la plume de Jean Burdy, un copieux chapitre (44 pages) intitulé Gallo-romains et Romains sur le Plateau Lyonnais qui fait évidemment la part belle aux aqueducs de Lugdunum, avec particulièrement de très belles illustrations en couleurs.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir d'ici la fin du mois